Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 17:47

patou-©-J.L.-Borelli-FERUS

Petit comparatif sur les statistiques de la mortalité ovine :


Soit pour 4 millions de têtes ( agneaux) en 2009, des pertes qui s'élèvent à 800 000 agneaux....que valent les chiffres qui parlent de 500 000 pertes annuelles (mortalité)?

Faut-il cumuler les deux chiffres?

Doit-on estimer les pertes financières dans une fourchette de " 100 à 170 millions d'euro", chaque année?

soit pour 50 000 exploitants (2009)une perte moyenne de 2000 à 3400 Euro.

publoup3

En rapportant ce chiffre à 4286 ovins prélevés par le loup, en 2010 ( 3578 en 2009, je vous laisse faire le ratio), on relativise totalement le coût du loup, au niveau national:


soit 558 000 Euro dont le coût ramené à l'éleveur représente 11.16 euro par an et par éleveur....


En conclusion, dans le pire de ces scénarios, la mortalité par prédation (du loup) coûtent 180 fois moins que la mortalité ovine globale et représente 0.55% des pertes ovines globales....mais nous en parlons 180 fois plus!

Mais là n'est pas l'objet de mon propos:

domestiqueelevage1

Serait-il possible de créer un fond d'indemnisation mutualisé des éleveurs ovins, le FIMEO comme dirait l'administration?

Dont la cotisation annuelle de 33 euro (obligatoire?) permettrait de couvrir les risques de prédations des grands prédateurs et leurs conséquences sur les agnelles ( stress avortement)....sous couvert bien-sûr de la mise en place d'un certain nombre de protections comme le chien de défense.....l'ensemble étant régit par le syndicat des éleveurs concernés qui bien entendu possède toutes les compétences pour apprécier le montant exact des pertes...et le niveau de protection mis en place pour se sauvegarder des grands prédateurs et par la même des petits aussi ( il parait que dans les Vosges, le renard prélève 30 agneaux par an, sur un cheptel de 700 têtes ).

Ainsi, nous n'entendrions -peut-être- plus parler du loup et de son appétit débordant pour l'ovin domestique...et l'éleveur, dans sa solitude, pourrait se targuer d'assurer le financement de ces pertes d'exploitation, finalement exceptionnelles...et localement très douloureuses!


JLV

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives