Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 08:49

loup européen004

 

En mai 2012, les certitudes sont les suivantes ! Malgré l’habitude qui consiste à dire que les expertises sont en cours depuis le retour du loup sur le massif, malgré les déclarations qui affirmaient la présence d’un seul canidé, maintes fois répétées, malgré l’absence de divulgation des résultats d’analyse Adn, connues vraisemblablement depuis des mois, les faits parlent et vont parler d’eux-mêmes !

 20eme attaque meute vosgienne

Il y avait en 2011 au moins quatre loups sur le massif vosgien. Sans compter les effectifs alsaciens très probables ! C’est une certitude. Curieusement, les informations relatées dans les colonnes des Affiches de la Haute-Saône en Août 2011 concernant la présence connue, dès l’automne 2010, de quatre canidés sauvages correspondent à  la réalité du terrain !

 

Je cite le dernier paragraphe pour mémoire :

 

« « Quand aux suivants, si la présence du loup officiellement dans le massif date d’avril 2011, officieusement ils savent que quatre loups parcourent la montagne vosgienne depuis novembre 2010. espérait-on qu’ils ne fassent que passer ? »

 Articles-de-presse 4329loup affichehautesaone

Renseignements pris, les services concernés semblent être l’Onf et les services vétérinaires du département. Comment croire qu’ils n’évoluaient pas en meute, organisée ! Officiellement, le préfet concerné à l’époque des prédations, n’était au courant de rien ! La presse régionale a même fustigé la rumeur, stupide, qui courait sur le net !

 

A qui profite ce manque de transparence ? Cette désinformation ? Quelle en seront les conséquences pour les éleveurs, entre autres ?

 

Depuis le début de l’hiver, deux individus ont quitté le groupe pour se diriger vers l’ouest, en passant par le Val d’Ajol, puis la commune de Aureil-Maison ou ils ont prélevé le cheptel ovin à plusieurs reprises à la fin du mois de févirer 2012, tout comme récemment (avril 2012) sur la commune de Grand ( fin avril vraisemblablement), bien plus au nord et sur le département meusien. Pour la première fois !

 moutoncarcasse

Il est possible que ces deux canidés s’orientent vers le nord-est dans les prochaines semaines pour apparaître du coté de Colombey-les-Belles ou encore sur la commune de Favières, dans le département de Meurthe et Moselle. Juste retour de l’histoire ! Jusqu’à ce qu’ils trouvent un habitat non morcelé pour s’installer durablement. Souhaitons qu’ils ne se séparent pas, les conséquences de leur arrivée certaine en Meuse deviendraient alors double !

 loups-meusiens-previsions-deplacement.jpg

Comme au début de l’affaire, certains bruits de couloir parlent de chiens errants ! Officieusement, pourtant, le loup est présent, au pluriel, sur les plaines lorraines !

 

La meute présente en 2011 s’est donc vraisemblablement scindée en deux groupes dont, pour au moins l’un d’entre eux, le but ultime est la reproduction.

 

Une reproduction, dont les métamorphoses précoces, donc un accouplement en janvier 2012, pour des naissances multiples en mars 2012, justifient les prélèvements de deux agneaux ces derniers jours à La Bresse ( fin avril vraisemblablement), et la disparition de deux autres, emportés vraisemblablement pour assurer un futur régime carné à des louveteaux affamés !

 loups européens311

 

Depuis de nombreuses années et en particulier cet hiver, certaines lignées de chiens qui ont gardé les mêmes périodes de reproduction que le loup, ont répondu de manière très précoce. Habituelles de fin janvier à début février, les chaleurs ont été effective fin novembre 2011, Le phénomène est connu et se développe depuis quelques années. Les chiens « primitifs » présentent des dérèglements, au niveau des périodes de chaleur. Ils sont vraisemblablement liés au réchauffement global. Les modifications hormonales qui gèrent le déclenchement des chaleurs sont ainsi ancrées à la température et aussi au rapport jour / nuit et se constatent chez les chiens qui vivent en meute, particulièrement. Le loup vosgien ( je parle de l’espèce) est vraisemblablement l’objet du même mécanisme avec un léger décalage !

AAAAPDFRLL15.jpg

Je vais donc totalement avaliser l’hypothèse de la reproduction. Elle est très probable. Statistiquement, la présence de louveteaux sur le massif est exceptionnellement forte. Ce qui explique, peut-être, l’éjection de deux subalternes qui se retrouvent aujourd’hui en Meuse, à la recherche d’un territoire ! Ce n’est peut être pas la seule explication, j’y reviendrai plus tard !

 

En tout état de cause, les mesures de protection nécessaires n’ayant pas été anticipées depuis avril 2011, la présence d’une meute sur la zone vitale vosgienne, dont les effectifs seront supérieurs à 5 individus aura de lourdes conséquences. Le développement exponentiel des prédations sur ovins, dès que les louveteaux seront en âge d’apprendre à chasser sera effectif à compter de la fin du mois de juillet 2012 ! Outre le fait qu’il faudra les nourrir entre les mois de mai et juillet prochains !

patou-©-J.L.-Borelli-FERUS

Le louvart doit alors apprendre son métier de chasseur, il ne sait ni tuer, ni ouvrir une panse, ni être discret !

La conséquence première sera un niveau du nombre, de brebis blessées, en forte augmentation. Il faut imaginer l’arrivée sur un parc, de quatre ou cinq louvarts sans expérience, qui vont donc faire leurs premières armes, sur un bétail en pleine panique. Le résultat probable, ressemblera à cela :

 

150 bêtes et agneaux présents avant la chasse, 20 bêtes disparues, 30 bêtes blessées et une dizaine égorgées……….total, 40% du cheptel présent sur l’îlot perdu pour l’éleveur….

pb-voges-elevageovin-loup3

Je vous laisse imaginer les gros titres dans la presse…..et la réaction des pouvoirs publiques qui après avoir fait le déni et soutenu, vraisemblablement, la désinformation, dont la seule échappatoire sera d’autoriser un tir de prélèvement, sans distinction et dans l’urgence. L’été sera chaud, sauf si certains individus mal intentionnés, laissent parler les fusils d’ici là ! Car je persiste à dire que la gestion des faits va conduire, les deux perdants, le loup et l’éleveur à l’anéantissement ! Affaire à suivre !

 

JLV

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JLV 15/08/2012 12:30


Les faits:


 


les Alpes-Maritimes
arrivent en tête, suivies du Var et du massif vosgien où les assauts du canidé ont fortement progressé : 48 attaques reconnues et 165 victimes au 25 juillet dernier pour
45 agressions et 133 ovins tués fin novembre 2011.

JLV 25/08/2012 14:45



!!



Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives