Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 12:49

vosges3

 

L’expérimentation nécessaire pourrait débuter par la mise en place de contraintes à la prédation, simples et peu onéreuses, voire subventionnées habituellement, animales et mécaniques.

 

Le but n’étant pas d’empêcher le loup de sauter par-dessus les filets, mais bien de rendre l’accès aux moutons, plus compliqué et plus risqué, en imposant au prédateur, la présence d’un chien de protection en binôme avec un âne, de chevaux puissants, de lamas ( à essayer), la présence d’obstacles naturels ou artificiels, à l’intérieur du parc, étant un atout supplémentaire.

 

 

experimentation-parc1.jpg

 

Pourquoi ne pas expérimenter la présence de chevaux de trait adultes dont la puissance freinera les prétentions des canidés. Auxois, Ardennais ou autre…

 

trait1.jpg

 

Le loup va devoir gérer la présence des obstacles, des chevaux dont les coups de pieds représenteront un danger certain, celle de l’âne qui fera office d’alarme, le chien de protection, permettant d’accroître le niveau de difficulté dans l’action de chasse du prédateur à l’entrée et à la sortie.

Les filets à lapin, d’une hauteur de 60 cm disposés autour du parc de nuit générant un frein important aux capacités de déplacement dans une zone sensible, encombrée par les équidés et le ou les chiens de protection.

 

Formation du parc de nuit en étoile.

 

parc3.jpg

 

Autre alternative au filet à lapin, disposer le parc de nuit électrifié en étoile, de manière à générer des obstacles et du recul. A expérimenter!

 

 

5433370326_be1562a6e7.jpg

 

La technique pourrait paraître contradictoire pourtant en encombrant le parc et en limitant les capacités de déplacement, des chevaux et autres freins à la prédation (chien âne, lama), le canidé pourrait renoncer à la prédation, même en meute puisque la problématique d’organisation de la chasse serait inhabituelle et complexe. En période de crise, une présence humaine, volontaire, louvetier, permettrait encore de conforter la prévention des prédations.

 

 domestiqueelevage4

 

Les contraintes :

 

L’ovin ne doit pas pouvoir quitter le parc de nuit, le risque étant de développer un phénomène de sur-prédation si le canidé s’introduit à l’intérieur à moins d’y placer un deuxième chien de protection qui représenterait un nouveau frein à la prédation. Installer chaque soir un réseau de filet électrifié. Déplacer chevaux, chien et bêtes en même temps que les ovins ou caprins. L’aide-berger pourrait dans ce cas être employé à la  mise en place, exclusivement, des moyens de protection. Il est bien évident qu’un regroupement des lots de brebis ou autres domestiques simplifierait grandement l’action des éleveurs. Moins de chien, de chevaux, d’ânes, de matériel à transporter….etc !

 

J’attends vos commentaires.

patou-©-J.L.-Borelli-FERUS

 

Prévisions de déplacement à long terme. Première approche !

 

Fin mars :                 Présence possible de la meute sur Sérichamps, au nord de la zone vitale jusqu-à Xonrupt, Kichompré, Martinpré, Le Valtin,

 

Fin avril :         La Bresse au centre de la zone vitale, entre Ronde Tête, Altenberg, Haut du Faing, Rondfaing, Moutier,

 

Mi mai :            Rochesson, Gerbamont, Sapois, peut-être jusqu’à Cornimont, à l’ouest de la zone vitale

 

Fin mai :           Sur le secteur de la Bresse

 

Juin/juillet 2012 : Si naissance de louveteaux il y a, le groupe restera probablement sur le secteur Bresse Cornimont Ventron Kruth, au sud est de la zone vitale

 

A partir du mois d’Août, présence possible au nord de la zone vitale,

 

A partir de septembre, a l’ouest de la zone  entre  Le Mettey, la Tête du midi et le Haut du Faing

 

Petit rappel :

« Il est plus aisé, et éminemment plus scientifique, de traquer le passé que d'esquisser l'avenir. »

 

 

jlv

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JLV 29/07/2012 10:45


mi juillet le loup est sur La Bresse, ou il a prélevé un agneau, malgré la présence du chien de protection...prévision fiable

JLV 29/07/2012 10:50



Vont-ils passer au Nord, puis à l'ouest de la zone vitale...?



JLV 06/07/2012 18:26


les loups sont sur Cornimont vers la mi-juin, ils passeront vraisemblablement au nord de la zone, prochainement, une présente sur les  crêtes est possible dans les jours à venir, voir sur
Kruth, Oderen. ( entre le 5 et le 15 juillet)

JLV 06/07/2012 18:45



à suivre



JLV 12/06/2012 17:51


Fin-mai sur La Bresse, prévision validée par contre mi-mai à l'ouest, invalidée, puisque la première prédation a eu lieu avec un mois de retard ( prévision mi-mai), réalisée la nuit du dimanche
au lundi 11 juin 2012.....

JLV 13/06/2012 05:49



a suivre



JLV 25/05/2012 09:07


FIN AVRIL SUR LA BRESSE  PREVISION FIABLE.


MI MAI SUR ROCHESSON.......A  SUIVRE.....

JLV 25/05/2012 09:07



A SUIVRE



Albert 19/03/2012 14:52


Les filets à lapin éléctrifiés ne seront-ils pas un obstacle aux équidés? Voir pour le moins une source de blessures et donc de frais?

JLV 20/03/2012 09:23



C'est possible, cela demande à être expérimenté, Le loup tourne autour des parcs électrifiés pour faire sortir les brebis, cependant le but premier est de mettre en oeuvre une organisation qui
freine les déplacements du canidé, ou des canidés, le risque étant faute de capacités de mouvements importantes, de prendre un coup de pied, par exemple, tout en étant acculé par un chien de
protection dans un angle mort, après avoir fait l'effort de passer une premier filet ( dont la hauteur n'a pas d'importance puisque le loup, peut vraisemblablement sauter 2 bon mètres) . Quant il
va rencontrer ce type de configuration inhabituel, je pense qu'il pourrait prendre la mesure du risque, et éventuellement passé son chemin, voir faire une mauvaise expérience et renoncer à ce
type de situation. Bien entendu, la disposition des filets à lapin ( 60 cm de haut) doit permettre à l'équidé de tourner autour du parc de nuit sans trop de contrainte, les chevaux percoivent le
flux électrique dans les cables, ils s'adapteront très vite,vraisemblablement. La solution passe, je pense, par l'intelligence du loup, il est capable d'apprécier le gain ou la perte probable
dans un acte de chasse, en milieu naturel une traque sur le gibier dépasse rarement 2 kilomètres,  soit quelques minutes, c'est dire si le loup sait économiser ses moyens physiques. Sa
capacité au renoncement est forte, sauf s'il estime la situation favorable!



Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives