Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 15:29

maquetteannexeleretourinatten4

Un consensus devrait être établi entre la nécessité de mettre en place une organisation globale de la gestion des espaces naturels en rapport avec le pastoralisme (et l’élevage en général) et l’expérimentation nécessaire qui permettra de conforter les techniques de mise en protection des troupeaux afin d’obtenir, rapidement, la possibilité d’une cohabitation durable entre le monde paysan et les grands prédateurs

La seule alternative est donc la mise en protection globale des troupeaux, en anticipant sur les courts et moyens  termes

Les investissements d’anticipation nécessaires sur le court terme, permettant de faire chuter de manière drastique les compensations versées, aux éleveurs, sur le long terme.

Le loup s’approprie les proies vulnérables et nombreuses, une mise en protection totalement efficace est un impératif. Elle est de la responsabilité de l’Etat.

Cette mise en protection doit être à la mesure du danger potentiel exercé par les prédateurs. Un individu isolé, ne représente pas la même menace que la présence de une ou deux meutes organisées et expérimentées, présentes sur un même secteur d’estive ou de plaine.

Il est donc souhaitable d’adapter la protection à la menace. Une expérimentation poussée devrait être mise en place. Charge à l’éleveur ou au berger de faire une demande d’adaptation à la menace qui devra être organisée dans les meilleurs délais par des équipes spécialisées, sous contrôle de l’Etat et en toute transparence

A ce titre les syndicats d’éleveurs pourraient être invités à s’organiser, une taxe locale et annuelle versée (de 30euro) par les tous les éleveurs pourrait financer les moyens nécessaires.

La notion de retrait des aires non protégeables devrait être débattue. Il est plus facile de préparer des estives ou des parcs plus appropriés à la mise en protection des troupeaux que de se protéger sans moyens suffisant ou existants. Pour le moins provisoirement ! Les nombreuses forêts repiquées  pourraient être partiellement réinvesties par le domestique avec l’aide des DTT régionales.

Une assurance obligatoire (chiens errants grand prédateurs) versée par les éleveurs et bergers indépendants type 

« Assurance Grands Carnassiers » au même titre qu’une assurance incendie dans une exploitation pourrait couvrir l’ensemble des moyens engagés, pour l'instant, par l’Etat. (500 000 agriculteurs x 50 euro de cotisation annuelle = 25 Millions d’euro)

En contrepartie l’Etat pourrait s’engager à assurer la mise en protection globale des troupeaux, par anticipation.

 


De la transparence:

 

Collecte d’indices de présences ( images et notes, mail sur prédations domestiques ou cinégétiques, empreintes, voie, pistes, poil, fèces ….. ;témoignages visuels, etc)

et transmissions des infos, en temps réel, si possible, afin d’anticiper les crises localisées (chiens en nombre, aide-bergers, effarouchement novateur) de manière à adapter la défense à la menace et aussi à engager la compréhension de l’évolution de la situation sur chaque zone concernée…( prévisions de déplacement)

Concerne éleveurs, chasseurs, oncfs, onf, aide-bergers témoins divers, randonneurs naturalistes etc etc….et en toutes transparences !

 

A quand le prochain plan national loup?

 

jlv

Partager cet article

Repost 0
Published by JLV - dans Loup analyse
commenter cet article

commentaires

Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives