Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 20:48

loups couv

 

Il semble que tu sois de retour en Lorraine ! Tu n’imagines pas la médiatisation dont tu fais déjà l’objet. Ton portrait s’affiche partout, pourtant tu n’es pas la bête sanguinaire que l’on a décrit ces derniers jours. Je sens que tu vas devoir te battre, le loup, avec tes tripes, et surtout avec ton intelligence. Certes, au premier abord tu sembles venu pour perturber la tranquillité de nos forêts et de nos parcs à ovins.

 

LOUP1

J’espère que l’homme va te laisser le temps, le temps de prendre tes marques, bien qu’il n’y soit pas préparé. Te laisser le temps de former une meute, la pratique de la chasse au mouton, dans la solitude, n’est pas dans ton habitude ! As-tu souffert de la faim cet hiver? Je reconnais, pour ta défense, que tu investis à nouveau les territoires français depuis près de vingt ans. Il semble que nous n’ayons pas eu le temps de nous  préparer à ton retour ! Il faut dire que dans un écosystème forestier ou les espèces proies sont surabondantes les prédateurs s’installent. C‘est une loi naturelle incomprise, il me semble. Tu n’as peut-être pas l’âme d’un leader de meute digne de la Lorraine.

 

LOUP4

 

Les agriculteurs organisent des battues blanches pour se plaindre des destructions massives engendrées par tes proies favorites. Je suis convaincu que tu ne représentes pas une menace, ni pour l’éleveur, ni pour le chasseur, encore moins pour le promeneur du dimanche. L’éleveur se plaint à juste titre de ta présence, néanmoins je confirme que pour un mouton prélevé par le loup, cent cinquante sont tués par le chien errant. Le domestique à qui tu as transmis tes gênes. Personne ne demande son éradication, mais ta présence sauvage reste encore inacceptable ! Quelles belles contradictions ! Ouvre bien tes oreilles courtes et rondes le loup. Je ne serais pas étonné d’apprendre dans les prochains jours que tu n’es pas un loup, mais un chien. Un être barbare qui s’est fourvoyé dans le sauvage. Les protections contre tes modestes exactions de canidé sauvage existent. Elles sont efficaces si elles sont mises en œuvre rapidement. Peut-être même, que les agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage pourraient chercher à se former ?  Les techniques d’effarouchement, des procédés pyrotechniques efficaces, sont utilisées dans les pays lointains de l’Est, pour éloigner les grands prédateurs, comme l’ours.

 

LOUP10 PROIE

 

Il semble que tu n’aies plus ta place dans le monde du vivant, en Lorraine. J’ai honte, parfois, quand je côtoie notre environnement, honte d’être lorrain ! Je m’en excuse. Peut-être pourrait-on laisser ces carcasses de moutons, dans le parc ou tu as exercé tes défauts de carnassier esseulé et opportuniste ? En l’isolant de l’humanité, afin que tu puisses revenir sur tes proies, comme tu en as l’habitude, en toute sérénité. De manière à ne pas te renvoyer immédiatement à une nouvelle traque désignée bientôt comme sanglante.  La mortalité du mouton, chaque année s’élève à cinq cent mille têtes de bétail. C‘est un effet pervers des systèmes concentrationnaires. Cinq cent mille, tu entends. Pour cause de maladies, de parasites, de la météo ou encore de pertes. Car il arrive que le mouton domestique s’égare dans la nature sauvage. Mais on te désigne déjà au JT comme la nouvelle « Bête des Vosges ». Immonde, insaisissable, diabolique et ensanglantée, tu vas devenir. Les erreurs du passé vont ressurgir. Tu ne représentes donc rien, tu restes le mal aimé à qui on reproche tous les vices alors que les responsabilités sont humaines et non, sauvages ! C’est certain.

 

LOUP 7 PROIE

 

Le chasseur affirme que tu es un perturbateur écologique, un glouton affamé, un destructeur environnemental, un tueur en série du vivant. Bien évidemment tu entres en concurrence avec la culture humaine du trophée, les plus beaux bois de France, le sanglier de plus de deux cents livres, sont difficiles à trouver. La passion engendre souvent des excès ! C’est « Humain ». Encore plus souvent, quand ta présence carnassière fait entrer en vigilance, l’ensemble des gibiers. Ils se cachent donc, sont sur leurs gardes et le chasseur s’impatiente alors, tape du pied dans l’attente du tir libérateur. Même l’acte de chasse se doit d’être exécuté rapidement aujourd’hui. Tes vieilles habitudes de traqueur de l’ongulé maladif, du jeune inexpérimenté, du plus vieux et c’est là que tu commets un péché divin le loup, car le vieux est aussi porteur des plus beaux trophées, tes exactions donc, ne sont pas admissibles. Pire encore tu obliges les hardes et les compagnies au déplacement, alors que l’on s’efforce par un élevage en plein air à immobiliser les cheptels. C’est plus facile, lors de l’ouverture de la chasse. Elle se doit d’être belle. Mais il faut reconnaître que tout investissement dans notre société civilisée doit obligatoirement se convertir en bénéfices, sonnants et trébuchants. Je t’informe par cette lettre que vingt pour cent des tirs sur les ongulés ne sont pas ramassés, faute de chien de sang. Voilà pour toi des proies faciles, le chasseur malgré ses efforts, n’est pas en mesure de faire mieux.

Pour ta gouverne, sache que tu te dois de trouver du gibier grâce à l’action des chasseurs qui depuis cinquante ans, ont réussi la prouesse de sauvegarder les espèces d’ongulés en voie d’extinction. Pour en faire des espèces, que je n’ose plus qualifier de « sauvages », en état de totale prolifération. A l’époque tirer mille cochons dans l’année était un beau tableau, aujourd’hui le chasseur en tire quarante milles et il est débordé. Il faut lui rendre hommage, sans chercher à le stigmatiser ! La gestion de la faune cynégétique est des plus complexe.

 

LOUP9 PROIE

 

Tout comme toi, il est aujourd’hui indispensable et pourrait permettre, en maintenant une gestion quantitative des espèces, en contradiction avec la biologie des ongulés, ton retour en grand nombre ! Voilà comment transformer un dysfonctionnement environnemental en opportunité écologique ! Si les tabous tombent. Peut-être même participera-t-il activement à ta préservation ? Excuse-moi, le loup, je m’emporte. Le braconnage du loup est un sport national, il est vrai !

 

LOUP4

 

Il existe encore une autre source de nourriture dont tu peux disposer. Si l’automobiliste, que je suis, change de comportement sur les voies forestières, les communales ou départementales ou le chevreuil, le cerf, le chamois, le sanglier, le renard et le blaireau sont présents, en nombre important. En limitant la vitesse des automobiles en ces lieux, tu pourrais disposer de soixante-cinq mille ongulés qui chaque année font l’objet de collisions sur le territoire français. Quelle boucherie me diras-tu ! Je sais, je devrai changer mes comportements assassins, comme tout un chacun, afin de préserver ce qui reste de sauvage dans un univers limité et largement « civilisé » par l’humanité. Trop peut-être ? Connais-tu le sens du mot « civilisé » ? Quoi qu’il en soit, ton futur statut de chien autorisera battues bruyantes et coups de fusil qui résonneront longtemps dans la vallée de la Thur ! L’histoire du loup en Lorraine semble, une nouvelle fois, en prendre la voie. Une voie sans issue, il faut en être conscient !

 

Les brocards

 

 

A ce jour, je crois que le promeneur a bien compris que tu n’es pas un prédateur de l’homme, et c’est bien. Il craint plus la présence du chien sauvage ou errant que ta furtive démarche à l’ombre des sylves. Voilà que le bon sens lorrain est également de retour. Toi qui es un prédateur de prédateurs, peux-tu nous en débarrasser ? Et par-là même nous éviter les cent à deux cents milles moutons abattus par le chien domestique errant, chaque année que l’Homme fait. Je sais, il se prend pour Dieu, lui-même !

 

Empreinte de daim

 

 Malgré la protection dont tu bénéficies, je te préviens, on cherche à te capturer ! Pour quel motif, c’est un mystère. J’espère que tu aimes vivre en enclos, consommer de la viande de poulet et respirer l’odeur de l’homme. C’est peut-être ton destin en Lorraine? Je te confirme que l’humanité lorraine, comme ailleurs, évolue en pleine absurdité, en pleine naïveté ! On cherche à te saisir, à t’attraper. Quelle ineptie ! Basée sur la négation du fonctionnement des écosystèmes forestiers, sur la négation de l’Evolution même. Darwin doit se retourner dans sa tombe.  Oui ce comportement est lamentable, oui, on cherche à protéger le chasseur, l’éleveur, après avoir éradiqué ton espèce, sans pitié et sans aucun respect du vivant. Les instances publiques lorraines courent vers l’obscurantisme.

 

Empreinte de chamois

 

En ton nom, je souhaite bon courage à ceux, chargés de ta capture, tu vas certainement entrer en vigilance, te déplacer, chercher à chasser dans une logique totale de  facilité. Tu te dois de manger, et de survivre pour fonder une meute. Comme les lois du loup l’imposent. Le mouton n’a qu’à bien se tenir ! Dans l’immédiat, on ne te laissera pas le choix.

 

chevreau

 

Si tu arrives en plaine, ne fais confiance à personne, le super-prédateur qui a pris forme humaine, il y a bien longtemps, ne cessera de  te poursuivre. Comme depuis mille ans et ses pouvoirs sont sans limite ! L’homme est devenu une espèce « invasive », sache-le, il ne partage pas ses territoires, il prospère là où le vivant régresse, tout comme la balsamine et la renouée en Vosges. Il est paraît-il la conscience du vivant, si tant est qu’une « plante-mammifère » soit dotée d’intelligence.

La peur va s’installer dans ton âme farouche, dans tes tripes de vil prédateur. Tremble, mon ami, pour avoir oser défier la Lorraine, nous pratiquons ici, les arts de la guerre et nous faisons des prisonniers. Celle du loup. Ne sais-tu pas, le loup, que nous avons les moyens financiers de faire la guerre. En Libye, en Côte d’Ivoire, en Afghanistan, il semble que tous nos moyens soient investis dans la guerre ! Il ne reste plus rien pour le vivant ! Apprête-toi donc à mourir, dans l’oubli le plus total, mon ami.

 

LOUP4

 

Pour finir, je souhaitais te dire que le temps du partage est de retour, partage rime aussi avec échange, dialogue, respect de l’autre, de l’humain et du vivant en général. Il faut cesser de se plaindre et agir dans l’intérêt commun. Chacun se doit à la qualité de notre environnement et chacun a droit à exercer son métier ou sa passion, en toute quiétude. A la reconnaissance  aussi. Non, le loup, je ne me moque pas de toi ! Je sais l ‘ami, nous pratiquons la préservation de l’environnement de drôles  manières. En posant des rustines sur une chambre à air poreuse, permets-moi cette comparaison sordide. La fuite du vivant ne se contente pas de rustines bien que cela prenne beaucoup de temps et d’argent. Presque en pure perte. L’homme a su inventer le crime contre l’humanité. Il est temps d’inventer le crime contre le vivant ! Il le faut même ! Toutefois, ces temps se doivent aussi d’être ceux de la remise en cause de nos comportements par trop exclusifs, revenchistes  et partisans. Tu es revenu trop tôt peut-être mon ami ? Ou trop tard, va savoir !

 

LOUP6

 

J’adresse aussi cette lettre à mes filles, le loup, et aussi à tous les enfants de Lorraine qui vont devoir subir dans la douleur, je le crains, le passé et l’avenir de l’environnement dans notre région. La logique du refus des réalités environnementales n’a plus lieu d’être, faute de devoir en payer les coûts. Des coûts qui sont déjà exorbitants, il est sûr ! Mais tu n’en as que faire.

Sauve qui peut, le loup. Bien à toi l’ami.

Jean-Luc Valérie

Partager cet article

Repost 0
Published by JLV - dans CouD'Gueule
commenter cet article

commentaires

JLV 25/06/2011 14:31



CETTE LETTRE OUVERTE AU LOUP A ETE REFUSEE PAR UN GRAND QUOTIDIEN REGIONAL DE LORRAINE!!


 


TROP....TROP APOGOLOGISTE...TROP VRAIE CERTAINEMENT...


 


LE PLAYDOYER EN FAVEUR DU LOUP ….. CA FAIT CHAUFFER LES GORGES ….PARAIT-IL?


 


JLV



Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives