Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 14:51

paysagesvosges007.jpgAprès avoir divagué du sud-ouest vers le nord-est en croisant à plusieurs reprises un axe sud-nord, orienté vers le nord-est, le ou les prédateurs quadrillent un territoire en cours d’acquisition qui s’étend du Nord entre Gérardmer-Xonrup, le col de Bramont à l’Est, la vallée de la Moselotte à l’Ouest. La limite Sud étant vraisemblablement étendue jusqu’à la commune de « Le Thillot » ! Une surface qui représente 150 km2 soit environ 15 000 hectares, territoire et zone de survie confondu qui devrait légèrement s’accroître durant l’hiver, la possibilité de prélever des ovins domestiques étant nul durant cette saison ! Je ne m’explique d’ailleurs pas, pourquoi un seul animal, aurait besoin d’une telle surface d’investigation, alors que le gibier pullule !!!

 paysagesvosges006.jpg

On peut s’interroger sur l’origine des prédateurs !  Les intempéries neigeuses du mois de décembre, en Suisse, liées à des températures extrêmement froides ont peut-être poussé un groupe, ou une meute en formation à migrer vers l’Ouest. En remontant la vallée de la Thur, arrivant, fin décembre, début janvier sur le secteur vosgien, les premiers prélèvements sur les ovins domestiques, en avril, étaient donc inévitables. Il est dommageable que depuis près de 20 ans, alors que le loup a de suite commencé à migrer sur différents départements français,  les plans loups successifs n’ont pas permis d’anticiper ses capacités de dispersion !!

 paysagesvosges005.jpg

Il est de plus en plus regrettable que l’ONCFS ne soit pas capable d’assurer l’obligation morale de donner des informations neutres de tout conflit d’intérêt. Il semble que «  affirmer la présence du loup » soit impossible  ! Organisme public qui dépend du Ministère de l’Environnement,  il est financé pour 75% par les cotisations des chasseurs, son Président est statutairement un représentant élu des chasseurs et les passionnés de chasse y sont majoritaires au Conseil d’Administration. Tant que la présence du loup n’est pas affirmée, comme il se doit aujourd’hui, la protection du loup n’est donc pas engagée, comme il se doit. Des tirs qui s’afficheront ( ou pas du tout) comme étant accidentels ( on ne savait pas) resteront impunis, réglant provisoirement ce que l’on va bientôt appeler «  Le problème loup » dans les Vosges, par des actes de braconnage salvateurs pour les éleveurs. Qui sont aussi chasseurs, parfois !

 paysagesvosges004.jpg

D’autre part, la mise en place du plan loup est financée directement par le même office.

Comment, sans conflit d’intérêts, être celui qui reconnaît la présence du canidé sauvage et celui qui va débourser les sommes nécessaires à sa mise en œuvre ! D’autant plus difficile quand les budgets (limités) n’ont rien prévu à la ligne : Gestion du Plan loup !

 

jlv

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives