Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 16:03

heroncendre002.jpgBien avant l’aube, émergeant des vapeurs nauséabondes de l’étang, ses cris croassant filtrés par la chaleur d’une nuit d’été ressemblent aux glapissements du renard durant la saison des amours ! Pourtant, il est déjà loin, ce moment ou le malin roux séduit sa femelle. Les brumes d’août flottent sur les friches qui ont échappé à la fenaison. Le chant se répète inlassablement, des invitations se croisent. Ils sont plusieurs, encore invisibles! Dans l’attente du jour levant, tout comme les étourneaux qui se sont rassemblés pour la nuit, dans la jonchaie ceinturant presque toutes les berges, à l’exception d’une plage limoneuse.

 

_DSC9639_modifie-1-copie--15-.jpg

Peu à peu les contours se dessinent, la rive offerte à l’eau verte, victime de l’algue bleue, apparaît lentement dans la lumière d’un astre orangée qui émerge sûrement de l’est. Les profondeurs faibles de l’étang réfléchissent les formes diffuse de la foulque et du colvert, les premiers à l’œuvre en cette fin d’été. La poule d’eau ne tardera pas non plus à fouiller les vases, la salicorne rougeoyante et l’herbe rase. Dans un silence absolu, sans avertir, le premier pélécaniforme s’est posé sur la berge craquelée par la sécheresse qui sévit depuis plusieurs semaines, sécheresse concentrant les engrais déversés plus haut par un agriculteur voué malgré lui au productivisme.

 

heroncendre004.jpg

Suivi de deux autres, il scrute longuement l’eau frémissante de l’étang malgré une faible luminosité ambiante. Dans leur raideur habituelle, les trois compères totalement immobiles cherchent à sécuriser la zone de leurs yeux jaunes. Des yeux capables de détecter le moindre mouvement, l’ombre la plus fine, la plus infime modification d’un milieu qu’ils reconnaissent chaque matin. Subitement, les têtes se balancent lentement au sommet d’un long cou emplumé de gris et de blanc, les hérons s’agitent de la tête où un bec jaune semble désigner un point, de l’autre coté du plan d’eau. A quelques mètres, les yeux sauvages des oiseaux fixent une masse sombre dissimulée sous les branches tombantes des saules assoiffées par la canicule. Des craquements de bois secs claquent dans cette fin de nuit étouffante. La couronne formées par la saulée mélangée aux épineux n’a pas absorbé les déplacements d’un vieux solitaire, venu s’abreuver avant de gagner les ronces de la forêt proche. Le cochon sauvage et sans peur n’a que faire du héron. Il prélève rapidement sa ration d’eau chargée de cyanobactéries et repart en silence. Les hérons n’ont pas bougé, toujours attentifs, ils semblent s’interroger sur la nature de cette masse sombre qui n’était assurément pas présente hier, à la même heure.

 

heroncendre003.jpg

 

Ils bloquent soudain leurs élans nerveux et clouent leurs regards dans un ensemble presque parfait, dans la direction opposée à la plage. Un léger éclat a surgi dans les premiers rayons solaires, allongeant les premières ombres et rasant l’eau fumante. Le premier arrivé pousse alors un cri d’une force insoupçonnable, un cri venu du fond des ages où l’oiseau en question était peut-être encore, un saurien ! Cri immédiatement imité par les deux autres. Ouvrant un large bec, la scène est reproduite à plusieurs reprises par les trois hôtes de l’étang invitant l’objet de leur curiosité à se découvrir. A se faire connaître ou reconnaître. Le héron, quel qu’il soit, se doit d’être prudent.

Ces ancêtres furent pourchassés, persécutés et presque éradiqués par l’obsession des hommes à rentabiliser les milieux naturels. Le plus majestueux des hôtes, le héron cendré a cependant repris peu à peu possession de l’étang ou du marais. Cet arboricole fréquente également la roselière ou il aime à se cacher, mais aussi les berges du canal ou de la rivière ! Tout comme les rives ensablées et les prairies dévouées aux ovins et équidés, du moment qu’elles se trouvent non loin d’un point d’eau. Si ce dernier vit en nombre dans nos contrées où de multiples héronnières existent à ce jour, c’est bien parce que l’homme lui a appris à ses dépends la plus grande des prudences !

affutmixte 


Cet éclat, dans le jour naissant, n’a rien de naturel. C’est celui d’une lentille de verre. Malgré la présence d’un pare-soleil, la lumière légèrement oblique du soleil se reflète dans l’objectif. Le photographe, bloqué derrière son objectif incapable de concentrer le peu de lumière disponible, sent venir l’ankylose, consécutive à une longue attente. Couché au fond d’un canoë, le chasseur d’images tente d’orienter, malgré tout,  un objectif proéminent dans la direction des trois compères qui se contractent dans la seconde. Prêt à fléchir les pattes pour décoller au plus vite si besoin. Le plus expérimenté pousse un cri d’alerte bref, en une seconde, le message est passé. Les trois hérons fuient en direction d’un arbre mort, foudroyé par l’orage, l’été dernier. Le photographe, encore sous le charme, n’a pas déclenché son appareil,  peu de lumière et peu de possibilités de mouvement ne permettent pas d’obtenir une image de qualité. Il attendra longtemps le retour du héron, sans succès ! Il reviendra plus tard.

 

heroncendre005.jpg


Dans la distribution des sites, il semble que le rôle des paysages,  leur hydrographie, soient fondamentaux pour l'espèce. Pourtant le héron cendré est parfaitement en mesure de changer ses habitudes voire ses techniques de nidification s'il rencontre un territoire hydrographique hors norme, privilégiant même, parfois, les eaux saumâtres. Il sait aussi renoncer aux hauteurs. Faire son nid au fond d’une roselière n’est pas un obstacle à la reproduction de l’échassier. D’autres oiseaux spectaculaires fréquentent également son territoire. Le Busard des roseaux reconnu à son envolée lente alternée de coups d'aile et à ses glissades silencieuses, peut-y atteindre les 50 kilomètres/heure. Cet élégant rapace est souvent représenté par deux autres espèces, le Busard cendré et le Saint martin uniquement présent en période hivernale. La cigogne fréquente assidûment l'étang. Le colvert mâle s'y exhibe en une parade nuptiale très élaborée. Il cherche avant tout à présenter ses plumes brillantes en posant sa tête sur son dos, puis  se redresse, gonflant la poitrine en crachant et sifflant. Il dresse enfin sa queue en bouffant les plumes de sa tête pour finir dans une course folle autour de sa conquête,  tendant le cou. Un comportement surprenant au premier abord!

 

GREBEHUPPE

 

Le plus aquatique est sans conteste le grèbe huppé excellent plongeur, il se reproduit également sur les ondes, même son nid confectionné de tiges et de feuilles entremêlées flotte aux abords de berges protectrices. Ses pattes,  complète démonstration d'une évolution bénéfique, sont implantées très en arrière du bassin, à la manière des hélices sur un bateau. Preuve encore que l'homme n'a rien inventé que la nature n'ait déjà mis en oeuvre. Ce roi du ballet nautique, durant la saison des amours, garnit sa tête de plumes noires et de collerettes rousses exubérantes. Il a également inventé la pouponnière flottante. Chaque année le couple produit deux ou trois oisillons très vite réfugiés  sur le plumage des aïeuls qui partagent alors la lourde tache du transport durant les six premières semaines. La grâce hante depuis toujours les milieux humides, le cygne tuberculé dont la longévité peut atteindre vingt ans fréquente les eaux troubles en grand nombre. Cet anatidé, très sociable, sauf quand il se reproduit, fréquente aussi les eaux saumâtres ou salées. Sa vue et son ouïe sont tout à fait remarquable. Elles lui permettent de couvrir un territoire de deux à quatre hectares dont il exclut à l'état sauvage, tout intrus. Le héron bien sûr connaît parfaitement l’interdiction, mais l’étang est vaste et chacun y trouve sa place.

 

heroncendre007.jpg

 

 

Ce texte est tiré de mon prochain livre. Histoire Naturelle de Lorraine disposible vraisemblablement en Septembre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JLV 27/10/2011 10:51



il faudra attendre un peu , l'infographiste vient à peine de commencer à travailler


 


jlv



JLV 27/10/2011 13:55



!!



Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives