Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 19:21

gigot.jpg

 

Après les déclarations tonitruantes des représentants du Groupe Non aux Loups (En ouverture des travaux Christophe Castaner a tenu à rappeler que le loup était aujourd'hui une menace pour l'élevage et le pastoralisme.),  pour mémoire consulter les liens suivants :

 

http://naturenvironnement.over-blog.com/article-loups-vosgiens-espece-en-peril-le-groupe-non-aux-loups-a-parle-111426444.html

 

 

 

http://www.buvettedesalpages.be/2012/10/christophe-castaner-a-la-tete-du-groupe-national-loup.html

 

 

http://www.dici.fm/actu/2012/11/14/loup-vers-un-changement-des-mentalites

 

La première délibération du groupe Non aux Loups est résumée, uniquement, sous la plume de Yves Derbez de l’association Eleveurs et Montagnes

 

sur le lien suivant :

 

http://www.pyrenees-pireneus.com/Associations/Eleveurs-et-montagne/2012-12-19-Reaction-Yves-Derbez-Groupe-National-Loups.html

 

je cite :

 

« le dialogue est établi et des avancées semblent avoir été réalisées y compris avec les associations environnementalistes. »

 

Dans le paragraphe,

-Stopper la prolifération des loups

« Les éleveurs ont à nouveau réclamé de stopper la prolifération des loups. « La nouvelle méthode de comptage mis au point par Olof Liberg, l'expert suédois, va modifier le nombre de loups à prélever et probablement augmenter les prélèvements, poursuit Yves Derbez. Les tirs de défense accordés aux éleveurs menacés par des loups sont maintenus »

 

C’est ici, que la menace d'éradication de l’espèce se fait sentir. A l’évidence les déclarations prêtées à O. Liberg ressemblent par trop aux déclarations habituelles des associations de chasseurs sur le comportement de prédations du loup sur le gibier !

 

Voir le lien suivant :

http://medialoup.chasseurdefrance.com/docs/Medialoup_Compte%20_rendu_de_l_atelier_Suede.pdf

Qui commence par une première absurdité :

Je cite :

« 1830 : La densité de grands ongulés est très faible: une centaine d’élans dans le Värmland et une centaine de  chevreuils  ainsi  qu’une centaine de cerfs dans la région de  Skåne. Il n’y avait plus de daims, de sangliers, de lièvres bruns, de lapins et de faisans. Par contre, les loups et les ours étaient présents en nombre important. »

Beaucoup de prédateurs et très peu de proies…..Le déni complet de la variabilité des écosystèmes……égale : disparition de tous les effectifs, de prédateurs et de proies…..Cherchez l’erreur !

Dans le paragraphe,

-Impact sur les espèces gibier

 

 

« La compétition vis-à-vis du gibier n’est pas à négliger dans certaines régions. »

 

Je rappelle à ce sujet que l’Oncfs affirme, à raison, que le loup n’a aucune influence sur le nombre global d’ongulés en France.

 

« Il n’existe pas non plus de corrélation entre la taille de la meute et la taille de son domaine vital s’étendant de 300 à 2 000km², en fonction de la latitude et de la densité de proies, ce qui fait que la pression de prédation est plus forte avec une meute à petit domaine vital. »

 

Il faut préciser que les conditions climatiques en Suède ne favorisent pas les petites zones vitales, contrairement à ce qui se passe en France ( milieu sub-arctique). Cette affirmation n’est donc absolument pas applicage au niveau national. Il semble, au contraire, que la corrélation « surface de la zone vitale » et « nombre d’individus » de la meute existe bien.

 

Parlant de l’Elan, O. Liberg affirmerait :

 

Sur de petits « territoires », les loups  peuvent prendre de 40 à 100 % de la production annuelle, cas de figure qui est assez rare

en Suède…

 

Comme si elle était fréquente ailleurs ! Il est évident que cette affirmation, présentée telle-quelle n’a aucune valeur, un pourcentage de 100% attribué à un effectif inconnu en nombre n’a pas valeur d’étude.

 

« La combinaison de deux prédateurs : le loup et le lynx créée une diminution importante de certaines populations de chevreuils. »

 

Je prétends que cela reste à prouver, en premier lieu sur la zone d’exclusion, qui constitue 20 à 35 % de la zone vitale ( en moyenne sur le territoire national, pour une zone vitale de 25 000 ha), les concurrents prédateurs sont éradiqués ou quittent les lieux.

En second lieu, les associations de chasse de la Drôme affirmaient, il y a quelques années, que le loup était responsable de 50% des pertes d’effectifs du mouflon. Hors après une étude statistique complète, il s’avère que, c’est bien la sur-chasse, qui entraîne une chute des effectifs dans tous les cas connus. Le phénomène est vraisemblablement le même en Suède.

 

A lire cette pseudo déclaration de la Fédération nationale de chasse, on peut se dire qu’une politique d’éradication du canidé est possible, comme en Suède ou le braconnage de l’espèce est de plus exacerbée.

 

Voir le lien suivant :

 

http://naturenvironnement.over-blog.com/article-loups-vosgiens-le-syndrome-suedois-se-met-en-place-87128247.html

 

 

Je cite encore :

Dans le paragraphe,

 

-Régulation & contrôle de la population

 

« Dans le cadre de ce programme combinant introduction de loups et régulation, 28 loups ont été prélevés en 2010 et

19 loups en 2011. Ces prélèvements n’ont pas eu d’impact toutefois sur la tendance de la population de loups et donc

n’ont pas permis d’atteindre l’objectif de stabilisation des effectifs de loups. »

 

Cette affirmation laisse présager, se référant à des déclarations de O. Liberg, que les prochains tirs de prélèvement pourraient être supérieurs à 30 individus, soit en l’état actuel des déclarations  de l’Oncfs ( 250 individus) environ 12% des effectifs. Combinés à un taux de braconnage proche de 24% des individus, un total de +12+24, cumulé, serait égal à plus de 33% des effectifs en moyenne annuelle ! Le loup serait donc en voie d’extinction à long terme.  Ajoutons la mortalité naturelle proche de 6% nous passons donc à un taux de prélèvement global proche de 50%. Le loup serait donc en voie complète d’extinction complète ou presque à 5 ans.

 

Pour conclure :

 

Une dernière désinformation notoire :

 

Je cite :

 

« Pour l’organisme de recherche Grimsö, la taille  d’une population viable  de loups pour la Suède,  c’est-à-dire qui

comporte un risque inférieur à 5 % d’extinction à 100 ans, est estimée à 100 -150 individus »

 

Alors que les problèmes de consanguinité de l’espèce en Suède sont connus, pour une population de 250 individus qui seraient soi-disant issue de 3 individus fondateurs. La chasse du canidé a cessé en 2012 ! Doit-on y croire ?

 

Affaire à suivre

 

jlv

Partager cet article

Repost 0
Published by JLV - dans Loup analyse
commenter cet article

commentaires

Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives