Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 14:25

Cet as du camouflage est sorti de son trou avant l’heure. Agacé par les ricanements de la pie ou peut-être par l’excitation du rossignol des murailles, le rouge-queue à tête noire, perché sur son arbre qui lance des « tsip, tsip » à qui veux les entendre !

 

animauxdujardin008

 

animauxdujardin005.jpg

Alors que le Piaf, moineau commun de son état, surnommé également Pierrot qui lui fait concurrence sur le seul point d’eau possible en ses temps de sécheresse, cherche à éloigner les mésanges de son territoire d’investigation !

 

animauxdujardin003.jpg

 

animauxdujardin004.jpgNonchalant, le rongeur divague entre les pierres, renifle longuement aux pieds des herbacées, déguste quelques racines de pissenlit, sans remarquer le félidé qui s’est tapi sur le sol, à une dizaine de mètres de la proie favorite du chat domestique!

 

animauxdujardin009.jpg

 

pissenlit3

 

Le rossignol a beau décoché toute une litanie d’avertissements, rien y fait. Le fouisseur continue sa quête. Alors que la pie vient de s’envoler en silence, le félin se rapproche lentement, la tête dans les épaules, les mâchoires vibrantes et le regard figé sur le rongeur inconscient !

 

animauxdujardin011.jpg

 

L’animal fait des convoitises, de belle longueur, près de vingt centimètres du museau à la pointe de la queue et ferait bien l’affaire de la chevêche qui n’a rien manqué de la scène champêtre !

 

chevecheathena002.jpg

Le rapace ne s’en laissera pas compter, même si le chat représente une menace certaine. Le campagnol semble surpris, tout à coup, de tant de désirs. Il stoppe discrètement sa balade diurne et décide de se camoufler un instant contre une roche éclatée et surchauffée par un soleil descendant. La fin de la journée est proche, celle du rongeur le semble tout autant ! Un sixième sens animal lui commande de gagner au plus vite les soixante mètres de galerie creusées avec les dents, en compagnie de son épouse

 

animauxdujardin007.jpg

 

Le stratagème n’a trompé personne, le rat taupier qui fréquente le terrain depuis une année déjà, semble curieusement inquiet. Fixé, surveillé même par une multitude d’yeux sauvages et domestiques, sans intention louable !

 

campagnol001.jpg

 

Au moment ou le chat a bondi, il a hésité une seconde, une seconde qui décide souvent, dans le monde du vivant, de la vie ou de la mort ! Le combat est certes inégal, pourtant les « creek, creek » et l’aspect inerte du rongeur vont lui procurer une deuxième chance, à l’instant ou le chat ouvre la gueule pour s’amuser du désespoir de sa future victime. Le taupier en profite immédiatement pour se faufiler entre les tiges raides d’une botte de marguerites, prison naturelle qui va lui procurer un instant de vie supplémentaire !

 

animauxdujardin010.jpg

 

La chevêche a perdu tout espoir de dîner en avance ! Le félin pousse le rongeur de la truffe, s’impatiente devant son immobilité, recule même, fait mine de l’oublier. Dès que le rat taupier tente la chance afin de gagner son repère, une patte agile hérissée de griffes le bloque au sol à quelques dizaines de centimètres du refuge espéré ! La nature est cruelle, le rat grassouillet et le destin est parfois inéluctable, surtout chez le rongeur de campagne.

animauxdujardin013.jpg

Une sauterelle vient se mêler du conflit, les pattes emmêlées dans les herbes folles. Peu importe, me direz-vous, le campagnol pullule souvent, faute de trouver sur son chemin, l’ensemble des prédateurs nécessaire à sa régulation. Le renard, la belette, les rapaces en général, le chat sylvestre, et bien d’autres qui manquent trop souvent à l’appel du vivant.

 

animauxdujardin012.jpg

 

Finalement, c’est un chien en balade qui aura le dernier mot. Au moment ou la sauterelle s’envole, le félin relâche l’attention indispensable à la réussite de la traque, le canidé bouscule le chat, se saisit du rongeur qui croit son dernier instant venu.  

 

animauxdujardin006.jpg

Ce dernier se rebiffe d’un coup de patte vengeur, bien placé sur le museau, le chien apeuré laisse choir sa prise qui d’un sprint final disparaît dans la première galerie venue !

 

animauxdujardin002.jpg

 

Comme quoi, le domestique et le sauvage ne font pas bon ménage ! Le rat taupier retrouvera, cette nuit, le pré qui tarde à être fauché, pour son plus grand bonheur!

 

JLV

Partager cet article

Repost 0

commentaires

val' 21/06/2011 09:11



Très joli texte et très jolies photos...


J'aime beaucoup.



JLV 21/06/2011 11:28



merci, à bientôt j'espère!!!



Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives