Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 09:39
voie006 

 






Ce matin, j’avais l’intention de vous parler de la Lune ( ce sera pour demain ), mais finalement, trêve de polémique, j’ai préféré suivre le cheminement de maître renard, dans la neige.

Alors que le merle se réveille à peine de cette nouvelle nuit glaciale, le voleur de poules, lui, est déjà endormi. Bien repu, après une folle nuit de chasse, il profite à cette heure d’un repos bien mérité.

voie004.jpg 

La nuit, semble-t-il, a été agitée. Moby, ( c’est le chien ) a flairé la piste du garenne, dont j’ai croisé la route à deux reprises, fraîchement marquée sur cette surface molle et froide qu’il découvre chaque matin. Je le laisse à ses espérances pour me consacrer à une trace rectiligne caractéristique du canidé. Sauvage, s’entend ! Ce sont bien celles de Goupil, peut-être le grand male que j’ai croisé à la tombée de la nuit, il y a quelques temps. Après m’avoir observé une petite minute, à une distance de 30 mètres, il a pris le large en toute quiétude. Il est donc revenu sur ses terres. La voie du renard mène vers une ferme en contrebas d’un talus coiffé par le vent d’est. L’animal a peut être dans l’idée de chaparder une poule, faute de pouvoir trouver sa pitance sous la neige. Le mulot n’aime pas se mouiller les pieds.

voie005.jpgCurieusement,  à quelques centaines de pas, il accélèrent sa course, laissant au passage la marque d’un museau allongé et sensible, reniflant la neige nerveusement.
Le chien a disparu, je poursuis en sifflant de temps en temps pour lui indiquer ma direction. Je l’entends aboyer au loin, derrière un talus. Il a l’air excité, tout comme le renard qui à cet instant a du détecter avec certitude, la présence du lapin. Plus loin, ses yeux malins captent un mouvement sautillant, freiné par l’épaisseur de la neige. Les deux voies se croisent un instant. Puis se séparent pour ce rejoindre plus loin, à nouveau. Imaginez! C'est la pleine lune, les animaux sauvages y voient comme en plein jour, pourtant il s'est laissé surprendre. Le renard est reparti, portant dans sa gueule, le corps sans vie du rongeur. La voie du garenne a disparu. Il poursuit donc son périple seul, cherchant une haie ou un roncier pas trop clairsemé pour engloutir son dîner tardif. voie003.jpg

voie002.jpg




































J’ai perdu sa trace. Un peu plus loin encore, je remarque qu’il ne s’est pas contenté du garenne. Le froid est vif, le ventre encore trop peu garni, il a entreprit de lever un mulot imprudent, sorti pour admirer le clair de lune. C’est alors que Moby apparaît, la gueule couverte de glaçons, l’air sévère. Je ne l’ai pas attendu ! Maître renard non plus.


Bon dimanche à tous. A bientôt!






Partager cet article

Repost 0

commentaires

Amel 11/02/2010 19:18


Chouette le carrefour des traces !


JLV 11/02/2010 20:15


oui, une belle histoire, sauf pour le garenne...


Renaud 02/02/2010 11:53


Sympa cette lecture de traces


JLV 02/02/2010 16:06


Oui,, content que tu aimes mon petit travail....moins sympa pour le garenne, comme je l'ai déjà dit...merci de ta visite à bientôt.


Crikette 01/02/2010 02:42


Tu m'as fait sourire...sympathique rando :-) et j'adore la bobine de ton chien.


JLV 01/02/2010 08:27


Sauf pour le lapin, mais faut bien manger......pourquoi tu souris pas d'habitude.... merci de toutes tes visites.....à bientôt


Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives