Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 11:15

estive2012-26

 

 

Un loup ou l’attaque de chiens ? Titrait l’Est-Républicain,  le mercredi 13 mars 2013. Le bon titre, tout comme son développement aurait pu être légèrement différent :

        -Des loups ou des chiens ?

Alors que le gibier se fait plus rare, en cette fin de période de chasse, à l’évidence, 31 bêtes tuées ou blessées, la même nuit, un groupe en cavale sur la route D50 (vraisemblablement)  ne peuvent conduire qu’à deux diagnostiques :

Loup probable, loup certain ou loup probable (probabilités, 70 à 80/100 en fonction du diagnostique émis)…le flair du grand carnassier, même par grand froid n’a d’égale que ses capacités de déplacement, même en meute !

Et un troupeau de 370 brebis, même de nuit, le canidé dominant et tous les autres, auront su, le détecter sans hésitation. A l’odeur ! Et certainement de très loin !

Les vents dominants étant généralement de Nord-est, en cette saison, le groupe venait vraisemblablement du sud-ouest ! 

 

CERFELAPHEBAME

Là où une prédation sur ovins, non loin de la commune de Bourmont, en Haute-Marne a été classée « loup exclu » par l’Oncfs ! Donc exclusivement attribuable à un animal domestique, donc, un chien ! Peut-être !

Distance des faits : 46 kms, à vol d’oiseau. Soit, quelques jours ou semaines d’errance, pour un chien, fugueur et maintenant aux abois !

(Probabilités d’événement, à peine 20 à 30%, si le classement « loup exclu » est exact et seulement si !)

Il reste donc une probabilité faible, voire très faible, ( soit 0.01%) pour que, « un chien errant » et migrant de Haute-Marne, ( par exemple) soit passé par la commune de Forcelles-Saint-Gorgon, en croisant la route d’un ou plusieurs autres chiens, qui les auraient amenés, tous et ensemble, à commettre, cet effroyable « carnage ». La présence de plusieurs individus, pour le moins, étant dors et déjà une certitude, 31 bêtes en ont fait l’expérience dans la nuit du 10 au 11 mars 2013.

mammiféres004

L’hypothèse de l’éleveur jaloux qui aurait lâché des chiens assoiffés de sang ne semblant guère crédible. ( probabilités ? 1/100, qui veut parier ?) Malgré tout, le doute est déjà jeté dans les esprits, jusqu’au prochain prélèvement. Certainement.

Voir le lien ici :

http://naturenvironnement.over-blog.com/article-loups-haute-marne-nouvelles-predations-nouveaux-denis-115699147.html

Vraisemblablement, vers 3 heures du matin ! Le scénario ressemblant par certains aspects à celui que j’ai rencontré, en mai 2012 à Grand.

Prédation tardive, mise en fuite du bétail et absence de consommation….pour cause de dérangement…tout simplement. A ce titre, il n’existe aucune statistique probante à ce sujet. Affirmer que l’absence de consommation sur les ovins prélevés est un détail important me semble être à double tranchant. En effet, il est arrivé, par le passé, que des prédations du loup non « typées loup » aient été classées « loup exclu » avant d’être confirmées, bien plus tard (trop tard) « loup certain » pour cause d’adn !

Voir le lien ici :

http://naturenvironnement.over-blog.com/article-loups-vosgiens-2eme-nuit-de-surveillance-1ere-tentative-de-predation-avortee-a-grand-105079377.html

 

patou La Bresse2

Je vous propose donc, pour éclaircir le sujet, de résumer la seule étude probante (pour le moins) concernant les attaques de chiens errants. (Laurent Garde)

Les chiffres, s’ils sont exacts, ce qui vraisemblablement, est bien le cas, me laissent totalement songeur ! Pas vous ?

Statistiques des attaques de chien sur les ovins :

Dans 85% des cas, le chien est repéré à l’attaque ;

Dans 90% des cas, il réside à proximité des faits ;

Dans 40% des attaques le chien est seul ;

Dans 34% des attaques, il y a 2 chiens en action ;

Chez 95% des éleveurs, les attaques de chien sont rares ;

70% des éleveurs, touchés, ont subi deux ou plusieurs attaques de chien dans l’année ;

Les animaux disparus ou en fuite ne se retrouvent que dans 5% des cas d’attaques de chien errant ;

Le nombre moyen d’ovins tués ou blessés par attaque est de 8 bêtes ;

5% des attaques de chien provoquent plus de 20 pertes ovines, en une fois ;

94% des pertes sont dus à des attaques cumulées ;

La fréquence des attaques de chien sur ovins est de 18% en hiver ; (50% en automne, 22% au printemps, 10% en été)

70% des attaques ont lieu de jour, rarement la nuit donc ;

Les troupeaux dépassant les 300 bêtes sont les plus touchés ;

Avant l’arrivée du loup, les prélèvements du chien représentent, 0.3% des pertes ovines, après l’arrivée du loup, les pertes cumulées, loup et chien, représentent 10 fois plus, soit 3%.

Alors que les mesures de mise en protection ne sont pas encore mises en place. Quand les premières mesures de protection sont mises en place, le nombre de prélèvements loup et chien est divisé par 3 la première année.

le retourduloupenlorrainejlv14

Je cite:

"L’arrivée de loups sur un nouveau territoire se manifeste toujours par une explosion des attaques, ce qui suggère un faible niveau antérieur de dégâts dus à des chiens divagants. Il est possible de vérifier cette hypothèse en chiffrant les dégâts de chiens dans des territoires sans loups à date de l’enquête, de façon à éviter toute confusion, par enquêtes exhaustives auprès des éleveurs de ce territoire. Dix enquêtes ont été réalisées dans autant de départements du grand Sud de la France auprès de 293 éleveurs ou gestionnaires de troupeaux collectifs, pour un effectif total de 145 000 ovins au pâturage (Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Auvergne, Limousin, Midi-Pyrénées, Franche-Comté). Ces enquêtes convergent toutes vers un bas niveau de prédation, avec un taux annuel variant de 0,1 à 0,4 % de l’effectif au pâturage. La fréquence d’attaque est en moyenne d’une tous les 5 ans par troupeau. Enfin il est remarquable de constater l’absence de discrétion du chien, vu à l’attaque dans 90 % des cas et le plus souvent identifié et neutralisé. Ces résultats sont conformes à la littérature internationale (taux de prédation de 0,39 % aux USA et de 0,13 % en Grande-Bretagne), mais significativement éloignés de ceux qui circulent dans la majeure partie des publications consacrées au loup, qui évoquent des niveaux de pertes correspondant à des taux de prédation du chien quinze fois plus élevés, allant de 2 à 7 % en France ; pour autant, une vérification systématique de ces dernières « références » montre curieusement qu’elles ne reposent sur aucune étude chiffrée de terrain."

Le lien :

http://www.cerpam.fr/predation.html

7 621 000 têtes en 2011

7 621 000 têtes, en 2011   sot 30 000 bêtes au plus….(taux de prédation de 0,39 % aux USA et de 0,13 % en Grande-Bretagne), les associations qui traitent du sujet en rapport avec le loup, parlent de 150 000 à 500 000 prédations par le chien, soit au pire, tout de même....1369 bêtes par jour....en moyenne......ce n’est pas vraiment crédible....??

 

AAAAPDFRLL6

Attaques de chiens errants : évaluation par l’absurde ;

8000 chiens errants en moyenne, chaque jour, sur le territoire national :

soit 8000x8 (moyen/ pertes par attaque) égale 64000 bêtes prélevées, par jour si tous les chiens prélèvent, soit  8000 chiens égalent 8000 attaques…

 

 

si 50% des chiens traquent le mouton, seul 23040 bêtes périssent…chaque jour,

 

si 10% des chiens traquent le mouton 4608 bêtes sont prélevées, chaque jour, soit environ  576 attaques de chiens par jour…..soit  1 681 920 bêtes par an….non crédible, non retenue!

 

si 1% des chiens errant traquent le mouton, 46 bêtes sont prélevées, soit 5/6 attaques…. par jour  vraisemblable et retenue!

 

soit 16790 bêtes, au plus chaque année….

 

Considérant que 22% des éleveurs sont touchés chaque années…..sur 50 000 agriculteurs, on dénombre 11 000 attaques annuelles, soit 88 000 ovins prélevés….soit 241 bêtes perdues  par jour, au niveau national….. possiblement retenue

 

Fourchette….entre 16790 et 88 000……prélèvements possibles par le chien errant et par an, soit 0.5 à 1,5 ovin par an et par éleveur, au plus !

Que s’est-il donc passé à Forcelles-Saint-Gorgon ? Je vous laisse, seul juge !

Conclusions :

En 2012, le loup de Midrevaux a prélevé, en moyenne, trois fois plus que le loup du Doubs en 2011..... le même canidé étant présent en juillet 2011, au col du Bonhomme (c’est connu), le loup vosgien en 2011 avait prélevé deux fois plus que le loup du Doubs en 2011........ Au début de l'automne 2012, la zone vitale « grandérinoise » couvrait presque 50 000 ha....Qui peut m'expliquer de tels écarts....?

Affaires, à suivre, il y a urgence ! Non ?

jlv

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives