Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 14:04

5252160385_69e14c0b63.jpg

 

Colloque du 30 juin 2013. Parc de Ste Croix. Intervenant P. Costa

 

Le thème : L’avenir du loup et du lynx dans les Vosges

 

Animateur des débats : Patrice Costa

 

Pierre Singer, directeur du parc de Saintes Croix, explique en introduction, que le but de cette manifestation est de « se faire une conviction » sur le loup.

 

 

Intervenant :

 

Patrice Costa, Naturaliste, Grand Reporter (entre autres), et animateur du colloque.

 

Le lien : http://www.dailymotion.com/video/x72524_interview-patrice-costa_news#.UdKZnTupo9A

 

http://w3.dna.fr/perm/pub/livres/nature-et-hommes/feuilleteur.html

 

« Roumanie, Terre d’accueil ? »

Pour les grands prédateurs, sûrement non. Alors que les dérives du dictateur Ceausescu ont permis, sous l’interdiction de posséder une arme à feu, de voir les grands prédateurs prospérer, les changements, en terme écologique, qui ont suivi la chute de l’autocrate, sont catastrophiques.

 

Sur l’arc carpatique, l’ours, le lynx et le loup, présents en nombre important, ont vraisemblablement dispersé vers la plaine du Danube, y compris son delta. L’explosion de la population de chacal doré, comme ailleurs, pourrait bien être le pendant à une prochaine éradication du loup, vraisemblablement pour cause de pertes d’habitats et de braconnage intense.

 

Les menaces sur la diversité :

 

Dans 3 principales régions concernées, la présence du loup n’est pas connue, dans ses effectifs.

A Brasov, l’université de Transylvanie propose en 2012, un recensement des effectifs de grands prédateurs, en corrélation avec un niveau de population « optimal » :

 

Ours brun :        fourchette de 8426 à 2942, optimal déclaré, 3400

 

Loup gris :         5043 individus pour un optimal de 2070, maxi

 

Lynx boréal :        2383 individus pour un seuil de 1240 individus

 

Les prélèvements, sous quota, attribués par l’Etat roumain, ne semble pas du tout en adéquation avec la biologie des espèces concernées :

En 2012,

 

Ours brun :        335 tirs   soit +/- 10% de l’optimal déclaré

Loup gris :         448          soit 8.9% de la population déclarée

Lynx b.             103          soit 4.3% de la population.

 

Les quotas ne semblent pas en rapport, direct, avec les réalités naturelles.

 

Le nombre de chasseurs seraient trois fois plus important qu’en France. La présence de nombreux « touristes » allemands permet un fort développement du secteur hôtelier. Il a donc une menace grave sur l’ensemble des grands prédateurs en Roumanie. Les quotas étant systématiquement réalisés à la hausse chaque année.

 

Un marché parallèle, entretenu par un braconnage intense, alimente l’économie des peaux, de la viande (ours), alors que la police de l’environnement ( équivalent à l’Oncfs) n’existe pas.

 

Le piégeage nourrit le marché de la fourrure.

 

Concernant l’élevage, les systèmes de compensation n’existent pas, le loup est, vraisemblablement, systématiquement prélevé, dans le plus complet manque de transparence. Il n’y a, de plus, aucun contrôle sur la chasse.

 

La déforestation massive :

 

Le tourisme de masse engendre la perte des habitats, l’ours brun fréquente les villes et ses poubelles dans le but de se nourrir et le phénomène engendre des accidents. En dehors des menaces liées à la chasse, le braconnage, et le tourisme, la déforestation, au profit exclusif de la Chine, équivaut à un pillage des ressources, en toute illégalité, le phénomène étant complètement toléré par le gouvernement roumain.

 

Les constats sont flagrants, en exemple, une surface de 650 ha, entièrement rasée, en dehors de la lisère forestière, qui garde au paysage, un semblant de forêt. Le rideau d’arbres, sera vraisemblablement, remplacé par un champ d’éolienne, à court terme.

 

L’ours brun est « vendu » aux touristes, sous une présentation abjecte. L’animal, placé en cage, aux abords de nombreux restaurants, est un objet d’animation sordide.

Le couple Lapis a fondé un sanctuaire à la disposition des ours qui bénéficient, après stérilisation, d’un parc clos de 80 ha, en forêt.

67 ours y sont installés, cette action a permis d’ouvrir les consciences face à la menace qui pèse sur les grands prédateurs.

 

Le lien :  http://www.letemps.ch/Page/Uuid/311c953c-c444-11e0-a12d-bbfc2bd3748d/Sanctuaire_dours_5_%C3%A9toiles_en_Roumanie#.UdLAXzupo9A

 

Question : Ils n’ont pas conscience que c’est leur fond de commerce ?

 

Réponse : Non, la sur-estimation des cotas le prouvent et la gestion forestière en dehors des réalités naturelles, également.

 

Mes conclusions : Une fois de plus, il est prouvé, qu’une gestion et surtout un contrôle strict, global est nécessaire, en terme d’espaces et de ressources naturelles ( Europe), en relation avec les grands prédateurs. La déliquescence des Etats, gestionnaires, étant par trop emprunte de compromis délictueux irresponsables, là-bas et ailleurs. Quant à la population "optimale", elle ne traduit pas le potentiel d'accueil naturel, mais bien, la ressource nécessaire à une activité cynégétique, encore faut-il que les milieux soient préservés et le braconnage limité.

 

 

A suivre l’intervention de Mickael Brangeon. Peuple Ours

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives