Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 11:32

cevennes2012-21

Ici le vivant se cache un peu plus qu’ailleurs ! Comme si la matière vive, dans l’austérité du paysage, pouvait être absorbée par le rythme cévenol. Un rythme fluide, sans cadence, sans horaire, sans autres lois que celles du naturel. Les conditions y sont souvent rudes, acides, voire tour à tour sèches ou noyées sous des trombes d’eau. La raideur des lieux est à l’image du paysage ! Chaotique, mystérieux, vaporeux, profond et secret ! Un paysage qui semble vide de tout mouvement, en dehors de celui des flots lents ou tumultueux ! En ces lieux, les extrêmes se rejoignent, formant vie et trépas, de l’herbacée à l’hirondelle, en passant par l’insecte et le saurien, nul n’est inutile à la pérennité du vivant ! Comme ailleurs, cependant ! 

 

cevennes2012-13.jpg

 

 

cevennes2012-18.jpg

La larve du gomphe, à l’air, au moment de l’ultime mue, tout comme le porte-bois, à l’eau, cherche à se fondre dans la roche, afin de ne pas être reconnu. Survie oblige. L’insecte se tord sans cesse, dans un dernier effort de mutation. Avant de laisser une exuvie, coquille vide de sens, après l’envol de la libellule. La larve à fourreau, dans ses eaux acerbes, porte mal son nom ! Le tube formé par le ver tient de l’essai utilisé en chimie, agglomérat de silex, il permet le gîte et le couvert, solidement amarré en eau calme, à la roche lisse des cours d’eau.

cevennes2012-19.jpg

 

cevennes2012-20.jpg

Même la rousse semble être de pierre, immobile, sous l’ombre de feuilles pourrissant, dégradées par un Ph faible. Peu propice à l’existence. Le têtard, dans la pénombre, également et qui traîne encore en ces eaux est lui plus vulnérable.

 

cevennes2012-4.jpg

 

cevennes2012-10.jpg

 

Le plus visible dans cet univers négligent est le volant ! Du papillon à l’oiseau, entre le flambé et l’hirondelle de fenêtre, au ventre blanc, le déplacement apparaît presque comme un fourvoiement. La buse variable, elle-même, y semble pourtant plus statique encore, sur son perchoir rocheux. Certains forment des essaims, avant de se brûler les ailes dans l’onde de l’astre qui les a vus naître. 

 

cevennes2012-17.jpg

 

cevennes2012-23.jpg

cevennes2012-15

 

La plante y joue un rôle nourricier, qu’elle soit à graine ou à fruit, genévrier, œillet ou encore ombellifères. Chacun cherchant à se mêler au monolithe ici présent. Dans le vent violent qui s’y engouffre parfois, le genêt et le châtaigner, souvent de forme curieuse, esquisse les adaptations nécessaires à l’immortalité ou presque.

 

cevennes2012-5.jpg

 

cevennes2012-12.jpg

cevennes2012-2.jpg

L’eau en Cévennes, dérobée et fugace est omniprésente. D’une goutte se forme un filet, rejoignant la source qui donnera naissance au torrent. La fraîcheur est de mise. La pureté également.

cevennes2012-14.jpg

 

cevennes2012-22.jpg

 

cevennes2012-1.jpg

L’homme a pris du recul en Cévennes, les ruptures du relief, la brousse et le genêt, le climat rude, ont repoussé les affres de la civilisation vers les basses vallées. Quelques ovins paissent ici encore en toute impunité. Il est bon que le berger et ses bêtes puissent faire œuvre de travail sur une nature sans compromis toutefois. Avant que le loup ne s’y installe. Mais cela est une autre histoire.

cevennes2012-6.jpg

 

cevennes2012-7.jpg

 

cevennes2012-8.jpg

 

cevennes2012-9.jpg

 

Retrouver les Cévennes ici :

 

http://naturenvironnement.over-blog.com/article-cevennes-des-vapeurs-de-l-aigual-aux-trefonds-des-abimes-81631295.html

 

JLV

cevennes2012-16.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • JLV
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE
  • AUTEUR PHOTOGRAPHE

Recherche

Archives